• #20 Premier roman d'un auteur célèbre

    #20 Premier roman d'un auteur célèbre

    J'ai fait la rencontre d'Amélie Nothomb il y a bien longtemps avec Mercure, dont je garde un souvenir flou mais bon, puis avec Stupeur et tremblements et Ni d'Adam ni d'Eve. J'avoue qu'avec le temps ces lectures se sont estompées dans ma mémoire mais je me rappelle avoir passé un bon moment avec elles. Amélie Nothomb faisant partie des auteurs français contemporains les plus connus (en France en tout cas), j'ai décidé de lire son premier roman.

     

    Prétextat Tach n'a jamais donné d'interview de toute sa vie, a de très rares contacts avec l'extérieur, même depuis qu'il a reçut le prix Nobel de littérature. Et pourtant, lorsqu'on lui annonce qu'il ne lui reste plus que deux mois à vivre, il décide d'accepter de rencontrer quatre journalistes triés sur le volet par son agent. Mais ces derniers ne sont pas au bout de leurs surprises !

    C'est sous forme de dialogue, tout naturellement, que l'auteure a décidé d'écrire ce roman plus que particulier. Chaque chapitre correspond à une interview, ce qui les déséquilibre ; mais cette répartition a un sens ! Aucune narration donc, ou presque, mais on s'y fait très rapidement. Une adaptation est sortie en 1999, et je suis curieuse de voir comment le réalisateur a transposé le récit !

     

    #20 Premier roman d'un auteur célèbre

     

    J'ai l'impression de ne lire que des livres d'auteurs connus que l'on n'a plus à présenter (un livre de Bernard Werber dans la prochaine chronique). Amélie Nothomb, c'est cette dame étrange, avec son rouge à lèvres vif et ses grands yeux mystérieux, presque effrayants. Elle publie chaque année depuis Hygiène de l'Assassin en 1992 un roman, qui fait l'unanimité, ou pas, mais qui se vend très bien à chaque fois.

     

    J'ai apprécié la lecture d'Hygiène de l'Assassin, en grande partie grâce à sa forme toute particulière. Les dialogues nous emportent. Et puis, les thèmes abordés, le ton sur lequel ils sont abordés, les réflexions un brin philosophiques sur l'écriture, l'amour, la vie, la mort, tout ce beau cocktail m'a captivée jusqu'à la fin. Fin qui m'a un peu intriguée mais que je respecte car, après mûre réflexion, est-ce qu'il était possible que cette histoire se termine autrement ?

     

    NOTHOMB, Amélie. Hygiène de l'assassin
    Edition originale : Albin Michel. 1992. 208 p.

    Enregistrer

    « #19 Un thriller/roman policier#21 Livre de vulgarisation scientifique »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :