• Aquaviva, G. TROUILLARD

    Aquaviva, Guillaume TROUILLARD. Editions de la Cerise.

     

    Il y a un tas de raisons de se rendre à des salons et des festivals. Un tas ! Et l'une d'entre elles est de faire des découvertes incroyables, auxquelles on ne s'attendait pas. Ce fut le cas pour moi au Festival de la BD d'Angoulême où j'ai eu l'occasion d'aller à l'exposition Aquaviva de Guillaume Trouillard. Y étaient présentées des planches originales magnifiques, un travail d'artiste fantastique. J'ai donc acheté le premier fascicule de sa série qui en comptera cinq ou six et m'y suis plongée.

     

    Aqua Viva, G. TROUILLARD

     

    Ma qu'est-ce que ça raconte ? 

    On est dans un futur post-apocalyptique, les êtres vivants font tout pour réussir à survivre dans la ville dévastée, les animaux chassent les humains... Et un jeune homme, qui ressemble un peu à Tarzan je trouve, tente de survivre dans ce chaos. Mais il n'est pas le seul !

     

    Aqua Viva, G. TROUILLARD

     

    C'est un résumé un peu sommaire parce qu'avant d'être un récit, c'est avant tout une histoire visuelle. Et c'est un choix de l'auteur, clairement, parce qu'il n'y a aucun dialogue. Enfin, si, il y a des bulles, mais elles ne sont pas compréhensibles par le lecteur, ce dernier doit l'imaginer. Ou pas d'ailleurs car ce qui est mis en avant ce sont les paysages, l'ambiance, les situations, les gestes et les expressions.

     

    Aqua Viva, G. TROUILLARD

     

    Pour avoir vu l'exposition, je sais à quel point le travail de l'artiste a été remarquable et diversifié : papiers collés, encre, peinture, pastels... Cela fait de cette BD (si on peut appeler cela une BD) presque une œuvre au sens pictural. C'est très beau. Cependant, la mise sur papier, l'impression, cela gâche tout ce travail minutieux de la conception, ce qui est dommage.

    Petit bémol aussi : les cases. Dans Aquaviva, je trouve que les dessins sont trop cloisonnés et les cases trop régulières et trop marquées. Personnellement, cela m'a un peu dérangé car cela rompt l'idée de l'absence d'un quelconque ordre suggéré par le décor représenté.

    L'auteur a publié plusieurs BD "non conventionnelles" avant Aquaviva, notamment un inventaire (Welcome). Elles sont toutes publiées par les éditions de la Cerise, qui publient une revue (Clafoutis) à laquelle participe Guillaume Trouillard

     

    Aquaviva, G. TROUILLARD

     

    En tout cas, l'auteur est bien sympathique et m'a fait une jolie dédicace. Je considère ce très beau "livret" plus comme un souvenir d'une magnifique exposition, dans un lieu d'exception (la Tour de l'Hôtel de Ville d'Angoulême) que comme une BD à part entière.

    « #7 Un auteur d'Amérique du Sud#8 Avec une couverture bleue »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :