• La Petite fille qui aimait trop les allumettes, G. SOUCY

    (004) Auteur : Canadien

     

    Enregistrer

    Ma tante m'a tendu ce livre, en me demandant si je connaissais et si je voulais le lire. Elle m'a dit qu'elle avait trouvé l'écriture très particulière, et qu'elle était sûre que j'allais aimer. Eh bien ma foi, des rencontres livresques comme celle-ci, j'en demande plus souvent, car on est souvent très enchanté du résultat.

    J'ai remarqué que très peu d'auteurs Canadiens étaient connus en France, et des Québécois, on en compte peu dans nos librairies. C'est bien dommage, car nous partageons avec eux des racines bien profondes, qui se sont épanouies de manières différentes, et leur culture, leur langage, leurs pensées ont beaucoup de choses à nous faire découvrir.

     

    La Petite fille qui aimait trop les allumettes, G. SOUCY

     

    Ils ne sont encore que des enfants lorsque papa meurt, sans prévenir, dans son lit, une nuit. Ils n'ont alors d'autre choix que d'aller à la rencontre de leurs semblables, au village, de l'autre côté du sentier. Et alors c'est tout leur monde qui s'écroule, leur petite bulle familiale qu'ils n'ont jamais quitté, sans leur farouche protecteur à leurs côtés. Mais n'y a-t-il pas une limite à la protection de ses enfants contre le monde extérieur ?

    On découvre dans ce roman l'envers du décor de la vie idyllique dépeinte par le jeune narrateur, l'un des deux enfants. Avec son regard plein de naïveté, on ne fait que passer de l'étonnement à l'effroi, tout au long du roman, sans que lui-même ne s'aperçoive de l'étrangeté de sa vie, parce que c'est tout ce qu'il a connu. On s'offusque, on s'interloque, on s'interroge, on s'alarme, on s'inquiète... Tout un tas de sentiments nous percute au fur et à mesure, certains malaises impromptus viennent ponctuer, ici et là, la lecture. Et à la fin, un espoir, une lueur dans toute cette noirceur qui a atteint son paroxysme dans les dernières pages et qui a tout retourné sur son passage, que ce soit la vie du narrateur comme nos propres émotions.

     

    La Petite fille qui aimait trop les allumettes, G. SOUCY

     

    Gaëtan Soucy (1958 - 2013) était un auteur montréalais surtout connu pour le roman La Petite fille qui aimait trop les allumettes. Il avait pour inspiration des auteurs très sombres, comme Poe, Camus ou encore Beckett, ce qui se ressent beaucoup dans son œuvre. La Petite fille... a été primé deux fois en 1999 et a une renommée internationale, contrairement aux autres publications de l'auteur.

     

    > SOUCY, Gaëtan. La Petite fille qui aimait trop les allumettes.
    Edition originale : La Petite fille qui aimait trop les allumettes. Montréal : éditions Boréal, 1998.
    Edition présente : Paris : éditions Points, 2000. 186p.

    Enregistrer

    « Les Jardins statuaires, J. ABEILLEL'art et la manière, D. GUISIANO »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :